Top Chef saison 12, créativité sans limite !

La saison 12 du show télévisuel sera placé sous le signe de la créativité sans limite. Top Chef est le plus grande marque du Groupe M6, et l’amour pour le programme ne faiblit pas. Petit tour d’horizon de cette nouvelle saison.

La gastronomie a la télévision a longtemps été marquée par les souvenirs de Maïté et Micheline. Mais, depuis bientôt douze ans un programme se démarque au point d’être aujourd’hui vécu comme un vrai concours culinaire pour les participants.

Top Chef propose chaque semaine à presque 4 millions de personnes de suivre les défis et aventures de quatorze candidats. Avec prêt de 600 candidats au départ, le programme souhaite conserver son image d’accélérateur de carrière en proposant un casting mêlant jeunes et expérimentés, étoilés ou chef de bistrot, afin de garder sa diversité.

Cette année des invités de poids comme Guy Savoy, Sébastien et Michel Bras font leur première apparition, rejoints par de grands chefs étrangers comme Heston bluementhal. Nous avons pu voir les les premières images, et elles promettent de grands moments de gastronomie. Ils nous tardent de découvrir les nouveaux candidats pour savoir s’ils sauront toucher le public comme Adrien Cachot, David Gallienne ou Mallory Gabsy avaient su le faire.

Les épreuves :

Plusieurs épreuves mythiques, comme la guerre des restos, la boîte noire ou encore Qui peut battre Philippe Etchebest restent, mais vont vivre de nombreuses évolutions. La guerre des Restos par exemple s’adapte à la situation sanitaire et les plats devront être livrés en Click&collect. Qui peut Battre Philippe Etchebest va vivre une petite révolution grâce à Paul Pairet qui participera au côté de Philippe Etchebest. Un duo inédit pour le chef Etchebest qui nous explique n’avoir jamais autant réfléchi sur un plat, car lui cuisine plutôt d’instinct.

Pour les nouveautés, une épreuve soutenue par Mauro Colagreco, poussera les candidats à construire un plat autour de causes écologiques. Le cause doit être lisible dans le plat, une vraie épreuve militante ! Une autre épreuve mettra à mal les estomacs. « Manger l’immangeable », les candidats devront préparer un plat faisant référence à quelque chose qui nous rebute. Stéphane Rotenberg souligne la créativité de cette édition : « Malgré les défis extrêmes proposés cette année par les chefs/juges, les candidats n’ont pas hésité à construire des plats de haute volée, certes il y a eu de beaux échecs mais d’incroyables réussites. Aucun virus n’a pas tué la créativité de la gastronomie française. »

Le mot des chefs :

Héléne Darroze :

« Cette année a été très particulière entre nos établissements fermés, les tests une ou deux fois par semaine, la surveillance Covid pour respecter les gestes barrières… Cet environnement aurait pu créer plus de stress, mais cela m’a permis de m’engager encore plus dans le programme en me libérant de certaines obligations. Les candidats, qui ont été isolés durant tout le tournage, ont créé de vraies amitiés et cela se ressentait à chaque élimination. Il  y avait plus d’émotion, de fraternité. Chaque année, pour moi, il s’agit de la 7e, nous nous demandons : pourrons-nous mieux faire et au final nous sommes toujours impressionnés par la qualité des candidats qui continue de nous surprendre année après année. »

Michel Sarran :

« Là, où je prends le plus de plaisir, c’est dans la relation candidats/chef de brigade, surtout quand je vois la qualité des épreuves. Ainsi, nous pouvons voir jusqu’où peut aller la créativité dans leur cuisine. J’ai été surpris par la qualité des candidats. Il y a une vraie homogénéité cette année, et plusieurs candidats auraient pu prétendre à la victoire finale. Parfois, j’ai presque été embarrassé de devoir départager les candidats, car malgré les défis fous qu’ils devaient relever les plats étaient beaux et bons. Pour moi, cette année n’a pas de commune mesure avec les autres, et je suis fier d’être jury de ce programme qui aujourd’hui est un vrai concours culinaire. »

Paul Pairet :

« Cette année est particulière pour moi, je n’ai plus l’excuse d’être le petit nouveau, mais j’ai été charmé par le niveau général des candidats et par leur créativité sans limite qu’ils nous ont démontré gràce aux thématiques des épreuves. C’est aussi une confirmation pour moi. Je prends énormément de plaisir à être ici, en tant que jury et de tourner Top Chef. On travaille dans un fauteuil. Une année de projet aussi, je suis revenu en France depuis le 15 septembre, je n’ai toujours pas pu retourner à Shanghaï à cause des restrictions sanitaires mise en place par la Chine. Ainsi, j’ai pu avancer sur mon projet de reprendre la brasserie du Crillon dont je pourrais vous en dire plus dans quelques temps. Mais cela sera l’antithèse de l’Ultraviolet, je veux proposer une cuisine simple mettant en avant le goût. »

Philippe Etchebest :

« Pour moi, la saison a commencé avec Objectif Top Chef et la victoire de Charline Stengel qui fera partie de ma brigade. Je retiens, au-delà des conditions particulières, les épreuves difficiles qui nous ont fait vivre des moments de grâce, nous avons été sublimés par la réalisation et l’effet de certains plats. D’ailleurs, un candidat aura réussi à me faire m’incliner devant lui par la qualité de sa proposition ! »

Texte Alain Bourdaux – Photos Stéphane de Bourgies M6
brigadedesgourmets.com

Retrouvez les portraits de Jennifer Taïeb, Eric Ticana, Benoit Witz

Aucune réponse à "Top Chef saison 12, créativité sans limite !"

    Laisser une réponse

    Votre adresse email ne sera pas publiée.